SOMMAIRE

Newsletter N°5 | Juillet 2005


 

 

1.Objectifs de la newsletter

Ce bulletin a pour objectif de favoriser l'échange et la diffusion d'informations et d'expériences entre les acteurs participant à la campagne transfrontalière de minimisation des déchets ménagers « Acheter malin, c'est jeter moins !».

Les opérateurs de terrain de ce projet sont :

  • Espace Environnement, asbl (Belgique).
  • IPALLE, Intercommunale de propreté publique du Hainaut occidental (Belgique).
  • INTERSUD, Intercommunale pour le développement économique et l'aménagement du territoire du sud Hainaut (Belgique).
  • LMCU, Lille Métropole Communauté Urbaine (France).
  • CLCV, Consommation, Logement et cadre de Vie (France).
  • AEU, Les Animateurs de l'Environnement urbain (France).
  • La Ville de Lille (France).

Les communes associées à ce projet sont les 23 communes affiliées à IPALLE, les 7 communes membres d'INTERSUD, ainsi que 5 municipalités de LMCU (Lille, Lommes, Hellemmes, Leers et Wattrelos).


2. Etiquetage transfrontalier des produits « malins » dans les grandes surfaces partenaires

Dès la mise en place de la campagne, un important partenariat a été initié avec la grande distribution, l’objectif étant de diffuser les messages de prévention à un moment très proche de l’acte d’achat.

Dans un premier stade, le partenariat avec les distributeurs s’était principalement matérialisé par la mise à disposition de la brochure «Conseils pratiques pour jeter moins au quotidien», directement à hauteur des caisses des magasins. Les brochures étaient déposées durant une semaine, le solde étant ensuite enlevé et comptabilisé.

Cette première initiative a déjà permis de diffuser :·

  • plus de 42.000 brochures dans les magasins partenaires des zones d’Ipalle et d’Intersud. ·
  • près de 34.000 brochures dans les enseignes de la grande distribution de Lille, Lomme, Leers et Wattrelos.

Afin de poursuivre et de renforcer le partenariat avec la grande distribution, et en complément aux brochures disponibles aux caisses, un étiquetage spécifique a été mis en place, au sein même des rayons de la plupart des enseignes partenaires, durant tout le mois de juin 2005.

4 étiquettes communes ont été développées de part et d’autre de la frontière. Elles sont relatives aux produits concentrés, aux recharges, grands conditionnements et, plus généralement, aux produits moins emballés.
Une étiquette complémentaire a été utilisée en Belgique pour la promotion des produits en verre ou consignés (le principe de la « vidange » n’existe plus en France).

Ces étiquettes bleues ont été placées directement à hauteur du prix du produit, afin de permettre au consommateur de repérer plus facilement ceux qui génèrent moins de déchets d’emballage.

En complément à la pose d’étiquettes, un affichage spécifique, informant les clients de la présence des étiquettes dans le magasin, et détaillant leur « mode d’emploi » a également été installé.

Les magasins partenaires de cette opération, qui constitue une première dans les zones du projet sont les suivants :

En Belgique :

Sur la zone IPALLE

À Tournai : Champion, Intermarché, Super GB
A Mouscron : Intermarché, Match
A Ath : GB Partner, Match
A Leuze : Match, GB Partner
A Lessines : Intermarché
A Bernissart : GB Partner
A Estaimpuis : Proxy
A Pecq : Proxy
A Chièvres : Champion
A Hollain : Intermarché

Sur la zone Intersud

A Beaumont : Match
A Chimay : Match, AD Delhaize
A Momignies : Match
A Sivry-Rance : Proxy Delhaize
A Thuin : Intermarché, Super GBA Lobbes : Spar

En France :

A Wattrelos : Leclerc
A Lomme : Carrefour
A Lille-Fives : Leclerc, Champion
A Lille-Moulins : Match
A Leers : Auchan

Au total, ce sont donc près de 40.000 étiquettes qui ont été placées dans les magasins partenaires !

Parallèlement à cette action d’étiquetage, une méthodologie d’évaluation a été mise en place afin de suivre et de mesurer les modifications de comportements d’achat de la clientèle.

Cette évaluation comportera à la fois des aspects quantitatifs et qualitatifs :

  • D’un point de vue quantitatif, d’abord, un suivi des ventes sera réalisé sur une série de produits de consommation courante, préalablement identifiés et référencés par paires (produit « classique » + alternative moins emballée, de marque et de qualité identique), au sein, à la fois, d’un magasin étiqueté (magasin « témoin ») et de plusieurs magasins non-étiquetés.
    Objectif : comparer l’évolution des ventes de part et d’autre, afin de mesurer l’influence potentielle de l’étiquetage.

  • D’un point de vue qualitatif, ensuite, des sondages seront effectués à la caisses de certaines grandes surfaces et des enquêtes seront réalisées en sortie de magasin.
    Objectif : évaluer les motivations d’achat de la clientèle, le degré de visibilité et de compréhension de la signification des étiquettes et mesurer l’incidence déclarée de cet étiquetage sur le comportement d’achat.

Les résultats de cette évaluation seront disponibles en septembre prochain.

 

3. Nouvelle thématique d’action : la réutilisation, la réparation, le réemploi

La campagne de prévention des déchets ménagers « Acheter malin, c’est jeter moins ! » a été initiée en 2002 autour de 3 thématiques d’action prioritaires :

  • la promotion des achats générant moins de déchets d’emballage ;
  • l’encouragement à consommer de l’eau du robinet en tant qu’eau de boisson ;
  • le développement des pratiques de compostage à domicile des déchets de cuisine et de jardin.

A l’issue du séminaire transfrontalier du 19 octobre dernier, et suite à l’intérêt manifeste suscité par cette journée (commander les actes et le double DVD du colloque), les partenaires ont décidé de travailler ensemble sur les thèmes de la réutilisation, de la réparation et du réemploi.

En effet, réutiliser, réparer ou réemployer des objets est une forme de prévention des déchets dans la mesure ou cette démarche prolonge la durée de vie de toute une série de biens de consommation courants (électroménager, matériel hi-fi, ordinateurs, meubles, vêtements, chaussures, jouets, …).
Elle peut aussi revêtir des aspects socio-économiques non négligeables.

Toutefois, et pour des raisons diverses qui tiennent tout autant à un facteur psychologique qu’à la méconnaissance de la qualité des services de proximité offerts, le recours au marché de la seconde main reste encore aujourd’hui marginal.

Il est donc important, en marge des actions de sensibilisation classiques qui pourront être entreprises par la suite, d’organiser une meilleure information du consommateur sur l’existence et le fonctionnement des circuits de réparation, de don, de revente ou d’achat de biens usagés en seconde main, près de chez lui.

Cette nouvelle piste de travail se traduira, en 2005, par la conception, l’édition et la diffusion d’un guide transfrontalier comprenant 2 parties :

  • une partie générale proposant une série de conseils relatifs à la consommation responsable;
  • une partie pratique recensant les diverses « bonnes adresses » où réparer, donner, revendre ou acheter des biens en seconde main.

Afin d’offrir l’information la plus large et la plus actuelle possible, les partenaires invitent dès à présent

  • les associations sans but lucratif / associations Loi 1901 ;
  • les sociétés coopératives ;
  • les sociétés à finalité sociale ;
  • les services publics (CPAS/CCAS) ;
  • les ateliers sociaux et entreprises de travail adapté ;
  • les entreprises d’insertion…

à se manifester auprès d’eux s’ils souhaitent figurer dans ce guide, actuellement en cours de réalisation.


 

4. Deuxième rencontre des guides composteurs

Avec l’arrivée des beaux jours, les activités des guides composteurs se sont multipliées et les permanences d’information sur les parcs à conteneurs ont repris, rencontrant un certain succès auprès de la population.

Une 2ème journée annuelle de rassemblement des guides composteurs a été organisée le 28 mai dernier à la Ferme du Dôrloû à Wodecq (Ellezelles).

Outre aux 99 guides actuellement en activité sur la zone IPALLE, l’invitation s’est, cette année, étendue aux guides formés en sud-Hainaut (zone Intersud), ainsi qu’aux partenaires français de la campagne de prévention.

Ce rendez-vous convivial et champêtre est toujours l’occasion pour les différents groupes de bénévoles de se rencontrer, d’apprendre à se connaître, d’échanger des idées et d’acquérir des connaissances supplémentaires sur les techniques de compostage.

Cette année, plusieurs exposés ont été réalisés, le matin, autour du thème de l’utilisation du compost en agriculture (par M. Vincent Gobbe du Comité Jean Pain, M. Freddy Vander Donckt de la Ferme du Dôrloû et M. Laurent Dupont de l’Intercommunale IPALLE).
La journée s’est terminée par une visite du site de compostage et de maraîchage de la ferme, ainsi que par plusieurs ateliers proposant des outils pédagogiques pour l’approche du compostage individuel.


5. Actualisation du site www.minidechets.org

Les chiffres et les origines de fréquentation du site Internet de la campagne « Achetez malin, c’est jeter moins ! » l’attestent (Depuis la mise en ligne du site, 18.236 visites ont été enregistrées et 3770 brochures ont été téléchargées): cet outil permet une large dissémination des objectifs et réalisations du projet, bien au-delà des territoires des différents partenaires.

C’est pourquoi, depuis quelques mois, www.minidechets.org s’est étoffé pour mieux correspondre aux attentes des partenaires et des visiteurs en recherche d’informations pratiques et concrètes.

Une rubrique photos a notamment été créée, afin de permettre à chacun de découvrir en images des exemples de conférences-débat au sein d’une association, de soirées d’information relatives au compostage à domicile, d’événements locaux, …
Il est aujourd’hui également possible de télécharger ou de commander en ligne les comptes-rendus, DVD et documents de référence relatifs aux 4 ateliers transfrontaliers déjà réalisés depuis le début du projet.

Allez y (re)faire un tour, vous serez étonné(e) !


6. Agenda

Découvrez les prochains rendez-vous de proximité que vous fixe la campagne « Acheter malin, c’est jeter moins ! » sur www.minidechets.org

 

Espace Environnement asbl, 29 rue de Montigny, 6000 Charleroi
tél : 00 32 (0)71/300.300, téléfax 071/509.678

 

Je ne veux plus recevoir cette newletter (désinscription)